Les mâles sont prêts à mourir pour leur reine. Amenés début juin à la station de fécondation du Petit-Mont, ils vont se sacrifier pour une noble cause: produire des lignées plus résistantes aux maladies.

Vers l’article dans La Gruyère

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Après avoir saisi vos critères de recherche, veuillez presser ENTER pour débuter la recherche...